Les 3 étapes pour devenir minimaliste ... et le rester !

“Le minimalisme, c’est ce truc qui prône de vivre d’amour et d’eau fraiche, non ?” 
C’est effectivement ce qu’on pourrait croire mais ce n’est pas le cas. 
Le minimaliste aime vivre confortablement.
Le minimaliste n’a pas juste une chaise chez lui.
Le minimaliste n’habite pas forcément dans un appartement en noir et blanc, comme on en voit dans les magazines.
Et finalement, le minimalisme est un état d’esprit qui peut convenir à beaucoup de monde, si on creuse un peu.
Cela pourrait même vous convenir.
Je vais maintenant vous donner les 3 étapes pour devenir minimaliste et le rester. Et vous pourrez ainsi vous en faire votre propre idée.

Etape 1 du minimalisme - Désencombrer

Le principe du minimalisme est, bien sûr, d’avoir moins de choses chez soi.
L’idée n’est pas de vivre uniquement d’amour et d’eau fraiche mais de ne garder que le nécessaire. Ce dont on a vraiment besoin, que ce soit utile ou que cela nous fasse vraiment plaisir (oui on a le droit de se faire plaisir même en étant minimaliste ^^ !).
Alors, concrètement comment faire ? 
Il faut trier. On n’y coupe pas. Généralement on a amasse pas mal de choses au fil des années. 
Pour ce faire, je me suis débarrassée de tout ce qui ne me plaisait plus ou que je n’utilisais pas. 
Il faut vraiment se focaliser sur l’utilisation : si je n’ai pas utilisé quelque chose depuis un an, c’est que cela ne me sert à rien.
Ce n’est pas si simple que cela parce qu’on garde beaucoup de choses “au cas où” ou alors “quand j’aurai perdu 5 kg” !
Donc si ce n’est pas utilisé, direction “le couloir de la mort” (c’est comme cela que j’appelais la zone où je stockais ce dont je ne voulais plus).
Pour me débarrasser du superflu, j’ai donné, vendu, mis à recyclé et, en dernier recours, jeté. Je n’avais pas envie de remplir un camion poubelle à moi toute seule.
Cette étape est un peu difficile au début mais cela permet d’atteindre les bénéfices du minimalisme : on trouve plus facilement ce qu’on cherche et on gagne de la place.
Cette étape est libératrice mais elle n’est pas suffisante car maintenant, que le tri est fait, il s’agit de rester minimaliste.
Et de ne pas remplir ce nouvel espace vide par de nouvelles possessions inutiles.

Etape 2 du minimalisme, pour le rester - Consommer moins

En faisant la première étape, je me suis rendue compte que j’achetais globalement trop. 
La deuxième étape est donc logiquement de moins consommer.
L’idéal est de se servir de la première étape pour rentrer dans cette logique.
Je m’explique : j’avais 5 manteaux d’hiver ! Eh bien, j’en ai gardé 3 parce que je les aimais bien.
L’idée n’est donc pas de se débarrasser de tout, mais bien de garder ce qui nous fait plaisir.
Les hivers suivants, je les ai mis et maintenant il ne m’en reste plus que 2 (après 3 hivers).
Je n’en ai pas acheté d’autre et tant que je n’en ai pas besoin, je n’en achèterai pas d’autre !
En gardant ce que j’aimais lors de la première étape, j’avais suffisamment de choses et donc je me suis habituée à ne plus faire les magasins, juste pour voir s’il y a un nouveau truc sympa qui est sorti (mais dont je n’aurais pas besoin). 
Et cela devient finalement une bonne habitude :
ne pas chercher à acheter de nouvelles choses si on a ce qu’il nous faut chez nous
Cela m’a permis de découvrir ce que j’appelle des avantages collatéraux : j’ai gagné énormément de temps en n’allant plus dans les magasins et économisé énormément d’argent en limitant mes dépenses.
Quand on a gouté à ça, on n’a pas envie de revenir en arrière mais il y a une zone qui échappe au minimalisme si on n’y prend pas garde…

Etape 3 du minimalisme, pour le rester - Limiter les stocks

La question des stocks est probablement la question la plus difficile pour moi.
Avec le minimalisme, on arrive à ne plus acheter ce dont on n’a pas besoin.
Mais qu’en est il des éléments de base non périssables et dont on est sûr d’avoir besoin un jour ?
Genre, les paquets de pates. Il m’arrive parfois encore de me lâcher sur l’achat de vinaigre blanc pour être sure de ne pas en manquer… 3 bouteilles d’un coup… Une folie quoi !
Cette partie étant plus difficile pour moi, j’ai choisi de limiter les éléments de base que j’utilise. 
Par exemple, je n’ai pas besoin d’avoir 36 boites de biscuits différents : de la farine, du beurre et un œuf sont suffisants. A cela, on ajoute ce qu’on a : sucre, miel, chocolat, confiture et j’arrive à fabriquer une grande variété de biscuits !
Et ces ingrédients peuvent être utilisés pour faire également une quiche ou un cake salé. 
C’est la même chose pour les produits ménagers (d’où le vinaigre blanc susmentionné) et pour la cosmétique (où j’ai maintenant 4 ingrédients de base pour tout faire).
Pour limiter vos stocks, commencez par limiter les ingrédients de base différents.
Vous pourrez toujours en avoir un ou 2 d’avance pour ne pas vous retrouver à court, et cela ne vous encombrera pas trop.

Envie de réduire votre stock de cosmétique ?

Si vous voulez identifier le superflu pour ne garder que l’essentiel, inscrivez-vous à ma formation gratuite sur 5 jours.
Vous connaitrez, en accéléré, les étapes par lesquelles je suis passée pour parvenir à une cosmétique simple et économique
Et je vous y accompagne pour passer à l’action.