Non aux calendriers de l'Avent !

Depuis quelques années, on voit fleurir les calendriers de l’Avent un peu partout. Et personnellement, ça m’énerve !
Pourquoi ?
Parce que c’est encore quelque chose qui nous créée des besoins inutiles voire néfastes…

Pourquoi cet attrait pour les calendriers de l'Avent ?

Le calendrier de l’Avent était à l’origine un outil religieux. C’étaient des images pieuses données aux enfants chaque jour avant Noël. Cela permettait de rentrer dans l’esprit religieux de Noël.  

Alors personnellement, le fait qu’il n’y ait plus d’aspect religieux ne me pose pas de problème. Finalement, Noël n’est presque plus une fête religieuse, c’est plutôt ce que j’appellerais une tradition. Ce qui m’énerve, c’est le fait qu’on se concentre sur la matérialité plutôt que sur la spiritualité. En fait si les calendriers de l’avent d’antan permettaient de rentrer dans l’esprit religieux de Noël, les calendriers de l’avent de maintenant permettent de rentrer dans l’esprit commercial de Noël.
On a là un énorme progrès, cela va sans dire ! 

Mais je ne veux pas rentrer dans la logique du « c’était mieux avant ». Il y a tout de même des calendriers de l’Avent que j’apprécie : ceux pour découvrir chaque jour une phrase motivante, une citation, une histoire ou encore une action à réaliser. Une de mes amies fait un « bon pour » un bisou ou un dessin animé. J’aime bien ce type de calendriers. Ils permettent de se recentrer sur ce qui est important selon moi : le partage avec les autres et le mieux vivre avec soi. 

Quand on y réfléchit, c’est surtout le rituel dont on se souvient quand on est adulte. Le contenu en lui-même importe peu. Je me souviens que mon père nous racontait tous les soirs une histoire avec le calendrier de l’avent (le même tous les ans). Une de mes lectrices sur Instagram m’a indiqué qu’elle se souvenait des petits sacs en tissu que sa mère remplissait de friandises pour sa sœur et elle. Une autre m’a indiqué se souvenir du chocolat et du fait de regarder le dessin dessus chaque soir avec sa mère. L’esprit de partage du calendrier de l’Avent est finalement le plus important. 

Une aberration écologique

Acheter un calendrier de l’Avent du commerce est, selon moi, une double aberration écologique. 

La première, cela nous pousse à surconsommer
Avons-nous vraiment besoin de ce que nous achetons dans le calendrier de l’Avent ? Avons nous besoin de découvrir un échantillon cosmétique ? Avons-nous besoin de manger un chocolat tous les jours avant les fêtes ? Avons-nous besoin de construire un nouveau jouet en plastique alors qu’il y en aura déjà au pied du sapin ? 
C’est cette logique de surconsommation qui nous mène à la ruine d’un point de vue écologique. C’est pas comme si Noël n’était pas déjà une période de surconsommation rien que sur quelques jours…

La deuxième aberration concerne les déchets. Les calendriers de l’Avent sont remplis de formats miniatures. Qui dit 24 formats miniatures dit 23 emballages en trop. Ou alors c’est le support du calendrier qui est un grand morceau de plastique, pas forcément mieux. Il y a bien sûr des calendriers zéro déchet, mais ça j’y reviens ensuite. 

La charge mentale, on en parle ?

Un calendrier de l’Avent, c’est en plus une charge mentale.
Meeeuuuuh non c’est un plaisir ! 
Un plaisir vraiment ? 

Déjà, il faut se le procurer à temps pour l’avoir le premier décembre, sinon c’est quand même la loose. Donc s’il faut y penser suffisamment tôt, c’est de la charge mentale. En plus, une de mes lectrice sur Instagram m’a fait remarquer qu’il faut également se creuser la tête pour trouver LE bon calendrier, celui qui plaira aux enfants. C’est pas de la charge mentale ça ?

Il y a également des calendriers de l’Avent qui sont Zéro Déchet. On peut les réutiliser tous les ans et ils sont fait dans des matériaux de récup’ si possible.
L’impact écologique est donc bien moindre que dans le cas du calendrier de l’Avent en plastique et ça c’est top.
Mais pour la charge mentale, c’est exactement le même principe. Qui doit préparer le calendrier ? D’une part le confectionner la première fois mais ensuite le remplir de surprises. C’est très souvent la maman qui se récupère la charge mentale associée. 

Conclusion

Résiste ! Prouve que tu existes ! Tu n’es pas obligé.e d’acheter un calendrier de l’Avent, cela ne fera pas de toi une mauvaise personne. 
Bien évidemment, c’est à chacun de s’approprier ce qui lui semble important. Et si le calendrier de l’Avent est une tradition importante pour vous, je le respecte totalement. 

Mon objectif est de déculpabiliser celles et ceux qui ne souhaitent pas suivre cette tendance et d’interroger notre rapport aux dictats du marketing et de la consommation. 

Si tu veux recevoir des pensées, des idées d’action et de la motivation toutes les semaines sur des sujets en lien avec l’écologie, tu peux t’inscrire à ma newsletter ci-dessous :