Ceci ne doit plus être un détail dans une compétition de foot

L’Euro de foot a commencé mais cet aspect vous a probablement échappé.
L’impact écologique d’une telle compétition.
Et cette fois-ci c’est encore pire que les autres sessions.
Pourquoi ?
C’est ce que nous allons voir aujourd’hui pour que cela ne soit plus jamais considéré comme un détail.

Rappelons d’abord le contexte.
Cet Euro a été imaginé pour fêter les 60 ans du premier Euro de foot de l’histoire qui a eu lieu en 1960. Alors je vous vois tiquer parce que 1960 + 60 ans ça n’a jamais fait 2021… mais en fait l’Euro était prévu en 2020 et pas 2021.
Du coup, ça marche.
Pour fêter ça, il a été décidé que les matchs se tiendraient dans 11 villes d’Europe de Bakou à Glasgow en passant par Saint-Pétersbourg, Budapest, Rome et j’en passe.
Sur le papier, c’est une idée très sympa, plein de pays profitent ainsi de la fête, mais quand on regarde l’impact écologique, c’est une autre affaire …

Comment sont calculés les bilans carbones des compétitions de foot ?

Voici le graphique des émissions de tonnes équivalent CO2 sur les compétitions des dernières années.

Bilan carbone foot

On voit que les résultats sont assez disparates.

Par exemple, pourquoi le bilan carbone de 2010 est-il si élevé ?
C’était la coupe du monde en Afrique du Sud. Il a fallu déplacer tout le monde en avion et les matchs se sont tenus dans des stades chauffés au charbon (c’était en hiver là-bas). Forcément ce n’est pas top.

Mais alors que s’est-il passé en 2016 pour que ce soit pire ?
En 2016 c’était l’Euro en France. Donc là forcément
ça parait bizarre que cela ait couté autant en carbone que le mondial en Afrique du sud. Eh bien c’est parce que les émissions liées à la construction ou la rénovation des bâtiments ont été comptées par la France pour l’Euro. Et à juste titre. Mais ce n’était pas le cas dans le bilan de l’Afrique du Sud. Cela veut donc dire que si on prenait tout cela en compte dans le bilan de l’Afrique du Sud ce serait bien pire. 

Pour vous donner une idée de l’impact que cela représente, en 2018, le mondial en Russie ne prend pas en compte cette rénovation/ construction de bâtiments. Et donc on a un bilan moindre que l’Euro 2016.

Bref, une harmonisation des bilans carbone serait la bienvenue.  

Notre Euro de 2021 va donc probablement se retrouver avec le bilan carbone d’un Euro classique, comme celui de la France en 2016, auquel il faudra ajouter les déplacements en avion des joueurs et des différentes équipes de communication pour chaque match à travers l’Europe. Autant dire que cela ne va pas être joli joli. Et encore, grâce aux frontières plus ou moins fermées à cause du Covid, on aura évité, je pense, un déplacement massif de supporters et c’est tant mieux pour nous.

Pourtant, il existe de belles choses !
Je vous emmène maintenant voyager (virtuellement) vers des clubs qui ont mis en place de bonnes actions pour préserver l’environnement.

Les bonnes idées de certains clubs

Saint Etienne, Bordeaux, Lorient, Lyon et Nice utilisent les panneaux solaires pour l’éclairage et récupèrent l’eau de pluie pour arroser la pelouse

Le PSG a officialisé son partenariat avec l’ONU pour le projet « Sport for Climate Action ».
L’objectif du club est de mieux structurer ses actions écologiques et de les rendre plus efficaces pour relever le défi du changement climatique. Parmi les mesures écologiques déjà adoptées, le PSG a décidé de stopper l’utilisation de plastique jetable dans toutes ses infrastructures d’ici à la fin de saison et trie ses déchets sur l’ensemble de ses neuf sites.

Voici enfin le club de Forest Green Rovers de 4ème division en Angleterre qui remporte tous les matchs dans ce domaine
Ce club utilise les panneaux solaires et un système de drainage des eaux de pluie.
La pelouse est bio : elle est entretenue sans engrais ni produits chimiques, ils utilisent des bouses de vache.
Le club est également devenu vegan et ne propose plus de hot dog ou fish & chips à ses supporters.

Conclusion

Les choses sont en train de changer au niveau des clubs mais cela ne se ressent pas encore au niveau de la fédération.
Pourtant, Le football a un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique.
C’est maintenant que tout le monde a les yeux braqués sur le ballon rond que nous devons dire que nous voulons des compétitions qui se soucient de leur bilan carbone
Alors, partagez votre indignation, partagez votre avis, partagez cet article pour que nous puissions encore, dans le futur, partager de belles émotions liées au foot !

Et si vous souhaitez recevoir toutes les semaines un message pour mieux comprendre l’enjeu climatique et des pistes pour y répondre, inscrivez-vous à ma newsletter :